Mieux gérer le risque réputationnel de votre réseau

Ce bulletin est destiné aux franchiseurs, aux dirigeants et gestionnaires de réseaux de franchises et aux consultants en franchisage.  
 
Jean H. Gagnon, AdE  

Auteur

Jean H. Gagnon, Ad. E. 
Montréal
+1 514 397 7669
jhgagnon@fasken.com

 

Ce bulletin est destiné aux franchiseurs, aux dirigeants et gestionnaires de réseaux de franchises et aux consultants en franchisage.  

L'un des effets pervers de l'importante présence sans cesse grandissante des médias sociaux dans nos vies consiste dans l'extrême rapidité à laquelle peut circuler au sein d'un nombre considérable de personnes une nouvelle, exacte ou non, ou un commentaire, et ce, même lorsqu'il porte préjudice à une marque, une entreprise ou un réseau.

Le tribunal populaire constitué de l'ensemble des personnes qui reçoivent de telles nouvelles ou de tels commentaires est aussi extrêmement rapide à porter un jugement sur l'entreprise ou le réseau concerné. Cela se produit fréquemment avant même que cette entreprise ou ce réseau n'ait eu l'opportunité de corriger l'information erronée ou de diffuser son point de vue sur le commentaire qui la concerne.

Pour un réseau de franchises, ceci signifie notamment qu'une nouvelle ou un commentaire négatif peut très rapidement avoir un impact important sur la réputation autant du franchiseur que de l'ensemble de son réseau. Plusieurs conséquences peuvent en découler notamment au chapitre des ventes et de ses relations avec ses franchisés, ses franchisés potentiels, ses fournisseurs, ses partenaires commerciaux, etc.

Est-il possible, par le biais de clauses dans sa convention de franchise, de réduire ce risque réputationnel?

Poursuivez la lecture pour en savoir plus sur les moyens de protéger votre réputation en ligne.

ARTICLE INTÉGRAL

 

Autres nouvelles

Ce bulletin est destiné aux franchiseurs, aux dirigeants et gestionnaires de réseaux de franchises et aux consultants en franchisage.       Auteur Jean H. Gagnon, Ad. E.  Montréal +1 514 397 …

  LE PLUS GRAND SPORTS EXPERTS OUVRE AU QUARTIER DIX30 Le nouveau Sports Experts-Atmosphère Quartier DIX30 renouvelle l’expérience de magasinage. Unique au Canada, ce concept d’avant-garde mise sur la …

Femmes en toute Franchise a tenu le 21 novembre dernier sa troisième activité au Énergie Cardio pour elle situé à Longueuil sur la thématique du …

Les 5 éléments clés à considérer avant de devenir franchiseur

Auteurs

Jean-Philippe Turgeon   Stéphanie Destrempes

Jean-Philippe Turgeon,

Avocat associé

 

Stéphanie Destrempes

Avocate

 

Les 5 éléments clés à considérer avant de devenir franchiseur

 

Notre équipe est fréquemment consultée par des entrepreneurs afin de répondre à la question suivante :
nous désirons franchiser notre concept, alors par où doit-on commencer ?

L’un des scénarios qui se présente le plus souvent est celui d’un client très enthousiaste qui approche le propriétaire d’un nouveau concept (par exemple, un restaurant) qui a un certain succès local et lui offre d’acheter une franchise. Il est assez fréquent que le propriétaire de ce nouveau concept s’empresse d’accepter une telle offre en espérant devenir le prochain Subway.

Malheureusement, plusieurs entrepreneurs ne réalisent pas que le succès découlant de l’exploitation d’une ou deux places d’affaires requiert des habiletés et compétences très différentes de celles qui sont requises pour développer un réseau de franchises.

Ainsi, plutôt que d’être le prochain Fred Deluca, ils sont rapidement confrontés aux difficultés inhérentes à un mauvais choix de franchisés, à des sites non performants, à un système d’approvisionnement inefficace et à une incapacité à maintenir l’uniformité du concept parmi les quelques franchisés qu’ils ont réussi à recruter. C'est ainsi qu'un ou quelques franchisés cesseront fort probablement de payer leurs redevances, fermeront leurs portes et, devinez quoi, blâmeront le franchiseur pour les pertes subies.

Ayant représenté plusieurs franchiseurs au cours des 15 dernières années, nous recommandons aux entrepreneurs d’opter pour le modèle d’affaires de la franchise lorsqu’ils sont en mesure de remplir les conditions suivantes :

1. Le concept est viable et le modèle d’affaires profitable

Le fait qu’un seul commerce génère des profits n’est pas garant de la viabilité du concept et de la profitabilité du modèle d’affaires. Afin de pouvoir tirer de telles conclusions, il est fortement recommandé d’exploiter (tout type de concept confondu) au moins deux et idéalement trois succursales corporatives dans différents marchés pendant une période totale d’au moins 18 mois.

Comme tout entrepreneur, bien qu’un franchisé doive généralement prendre en charge certains risques commerciaux liés au choix de l’emplacement de sa franchise et à la qualité de ses activités, ce même franchisé ne doit pas partager, voire subir, les risques commerciaux qui découlent de validations que le franchiseur se devait d’effectuer préalablement à l’octroi de la franchise.

 

Lire la suite...

Autres nouvelles

Ce bulletin est destiné aux franchiseurs, aux dirigeants et gestionnaires de réseaux de franchises et aux consultants en franchisage.       Auteur Jean H. Gagnon, Ad. E.  Montréal +1 514 397 …

  LE PLUS GRAND SPORTS EXPERTS OUVRE AU QUARTIER DIX30 Le nouveau Sports Experts-Atmosphère Quartier DIX30 renouvelle l’expérience de magasinage. Unique au Canada, ce concept d’avant-garde mise sur la …

Femmes en toute Franchise a tenu le 21 novembre dernier sa troisième activité au Énergie Cardio pour elle situé à Longueuil sur la thématique du …