INTRODUCTION À LA DIFFUSION MUSICALE EN MILIEU COMMERCIAL ET DROITS D’AUTEUR

Diffuser de la musique en magasin, oui, mais à quel prix? Voilà la question que se posent de nombreux franchisés et à laquelle nous répondrons dans cet article.

Une sélection musicale choisie avec soin peut refléter et rehausser l’image de marque de tout environnement commercial. Si vous n’intégrer pas la musique dans votre stratégie marketing globale, vous manquez une occasion de vous démarquer et de faire vibrer les émotions de vos clients. Cependant, vous vous devez, en tout temps, de respecter vos obligations envers les sociétés de gestions des droits d’auteur.

Saviez-vous que?

Selon des études menées par la SOCAN, 84% de consommateurs estiment que la musique améliore l’expérience client et 63% passent plus de temps dans un magasin lorsqu’ils y entendent de la musique qu’ils aiment.

D’entrée de jeu, commençons par répondre le plus simplement possible à la question qui nous préoccupe. Devez-vous payer des frais de licence pour diffuser de la musique en magasin? Oui! Mais, comme vous vous en doutez surement, la vraie réponse concernant les droits d’auteur est bien plus complexe.

Une multitude d’options s’offrent à vous lorsque vous choisissez de faire profiter vos clients de votre musique préférée (ou de celle qui correspond le mieux à vos objectifs d’affaires) :

  • Lecteur média
  • Disques compacts
  • Satellite
  • Radio commerciale
  • Musique en continue sur le web
  • Application mobile
  • DJ

Chacune de ces solutions peut être mise en œuvre par le franchisé ou sous-traitée à une entreprise tiers spécialisée, telle que Stingray Affaires. C’est seulement si vous choisissez cette dernière option, et que votre fournisseur inclus les redevances dans votre licence, que vous ne serez pas responsable de la gestion des redevances, puisqu’il s’en occupera pour vous.

Plus qu’une valeur ajoutée pour votre commerce, la musique est avant tout une œuvre de création. Tous les diffuseurs se doivent donc de récompenser le travail des artistes. Les sociétés de gestion des droits d’auteur sont justement là pour s’assurer que ceux-ci soient rémunérés de manière juste et équitable.

Saviez-vous que?

Près de 70% des propriétaires de commerces croient qu’il est juste de rémunérer équitablement les auteurs-compositeurs et artistes qui créent la musique qui profite à leur entreprise.

En 2015, environ 275 millions $  en redevances ont été versées par la SOCAN aux créateurs de musique; une hausse sur 12 mois de 15 %. Un record!

Le type de redevance que vous devrez remettre aux sociétés de gestion des droits d’auteur dépend de la solution de diffusion que vous aurez choisie et de la superficie de votre commerce. Vous pourriez donc devoir payer des droits à un ou plusieurs des organismes de gestion collective suivants : la SOCAN, Ré:Sonne, Connect Music Licensing, la SOPROQ, la SODRAC et la CMRRA.

Saviez-vous que?

Une société de gestion collective est un organisme qui administre les droits d'auteur et les droits connexes en agissant dans l’intérêt et au nom des titulaires de droits. Elle peut accorder la permission d'utiliser leurs œuvres et préciser les conditions qui s'y rattachent. La gestion collective des droits d'auteur est assez répandue au Canada, notamment pour ce qui est de l'exécution publique de la musique: SOCIÉTÉS DE GESTION DE DROITS D'AUTEUR

Les sociétés de gestion des droits d’auteur n’hésitent pas à entreprendre des actions en justice lorsque les droits de leurs membres sont violés. Un franchisé qui diffuse de la musique sans avoir acquitté les droits nécessaires devra alors payer une amende, parfois très salée.

Voici donc, en conclusion, les points importants à considérer pour faire profiter vos clients de musique en toute légalité :

 

1. Si votre franchiseur met à votre disposition une chaine de musique sur mesure, évitez-vous de mauvaises surprises et vérifiez de qui relève la responsabilité d’acquitter les frais de licence nécessaires.

2. Si vous diffusez de la musique par un moyen personnel (radio, appli de musique en continu, lecteur CD, etc.), renseignez-vous auprès des sociétés de gestion collective énumérées ci-dessus pour vous assurer que vous le faites de manière légale, en fonction de la solution utilisée et de la superficie de votre établissement.

3. Si vous choisissez de faire affaire avec un fournisseur de services musicaux, assurez-vous qu’il détienne toutes les licences nécessaires et que les frais de licence payables aux différentes sociétés de gestion sont inclus dans votre forfait de musique. 

Stingray Affaires est un fournisseur de services musicaux en qui vous pouvez avoir confiance. Puisque nous sommes titulaires de toutes les licences nécessaires pour diffuser de la musique de fond dans votre commerce, vous n’aurez jamais à vous soucier des frais de licence. La gestion des droits d’auteur est prise en charge par notre service juridique, ce qui vous évite des procédures bureaucratiques encombrantes et coûteuses.

Autres nouvelles

Ce bulletin est destiné aux franchiseurs, aux dirigeants et gestionnaires de réseaux de franchises et aux consultants en franchisage.       Auteur Jean H. Gagnon, Ad. E.  Montréal +1 514 397 …

  LE PLUS GRAND SPORTS EXPERTS OUVRE AU QUARTIER DIX30 Le nouveau Sports Experts-Atmosphère Quartier DIX30 renouvelle l’expérience de magasinage. Unique au Canada, ce concept d’avant-garde mise sur la …

Femmes en toute Franchise a tenu le 21 novembre dernier sa troisième activité au Énergie Cardio pour elle situé à Longueuil sur la thématique du …

Autres nouvelles

Ce bulletin est destiné aux franchiseurs, aux dirigeants et gestionnaires de réseaux de franchises et aux consultants en franchisage.       Auteur Jean H. Gagnon, Ad. E.  Montréal +1 514 397 …

  LE PLUS GRAND SPORTS EXPERTS OUVRE AU QUARTIER DIX30 Le nouveau Sports Experts-Atmosphère Quartier DIX30 renouvelle l’expérience de magasinage. Unique au Canada, ce concept d’avant-garde mise sur la …

Femmes en toute Franchise a tenu le 21 novembre dernier sa troisième activité au Énergie Cardio pour elle situé à Longueuil sur la thématique du …

Une pointe en échange d’un appareil

Pizza Pizza propose une délicieuse incitation au ménage du printemps de vos appareils électroniques superflus pour le mois de la Terre

Le programme de recyclage -- Une pointe en échange d’un appareil -- aide l’environnement et les hôpitaux pour enfants

TORONTO (Ontario), 31 mars 2016 - Les Canadiens peuvent amorcer leur grand ménage du printemps en déposant leurs appareils électroniques admissibles dans tous les établissements Pizza Pizza participants dans le cadre de sa campagne Une pointe en échange d’un appareil. Pour une 13e année consécutive, Pizza Pizza offre une pointe gratuite de pizza au pepperoni ou au fromage à ses clients contre leurs déchets électroniques, et ce, tout le long du mois d’avril.

Pizza Pizza invite les clients à troquer leurs petits appareils électroniques inutilisés comme les téléphones intelligents, les appareils photo numériques et les lecteurs MP3 contre une pointe gratuite de pizza au pepperoni ou au fromage. Avec l’aide de l’Association de recyclage des produits électroniques (ARPE) et de l’Ontario Electronic Stewardship (OES), les appareils seront recyclés de façon responsable et les profits de leur remise en état seront remis au Children’s Miracle Network.

« De nombreux Canadiens ne savent pas comment correctement éliminer leurs appareils électroniques , ou les points de dépôts existants ne leur conviennent pas, a déclaré Pat Finelli, chef du marketing de Pizza Pizza. Notre programme Une pointe en échange d’un appareil facilite le recyclage et le rend plus accessible, en plus d’apporter une motivation. C’est vraiment un programme triplement gagnant pour l’environnement, les clients et le Children’s Miracle Network. »

Après le lancement réussi de la campagne auprès des entreprises l’an dernier, Pizza Pizza continuera à inciter les entreprises et les écoles à participer au recyclage sécuritaire de leurs grands et petits déchets électroniques, dont les moniteurs, les ordinateurs portables, les ordinateurs de type tour et le matériel informatique. Les entreprises et les écoles recevront en échange une carte-cadeau pouvant être utilisée pour organiser un repas scolaire de pizza ou pour commander de la pizza lors d’une fête de bureau. Le montant de la carte-cadeau sera déterminé en fonction du volume de déchets électroniques recueilli.

Tous les établissements traditionnels Pizza Pizza de l’Ontario, du Québec, du Manitoba, de la Saskatchewan et de la Nouvelle-Écosse participent au programme Une pointe en échange d’un appareil. Depuis son lancement, en 2004, le programme a détourné plus de 17 000 appareils électroniques des sites d’enfouissement.

 

Saviez-vous que... ?

  • Chaque Canadien jette près de 20 kilos (45 livres) de déchets électroniques chaque année.
  • Bien qu’ils ne représentent que 2 % des déchets dans les décharges, les déchets électroniques représentent près de 70 % des déchets toxiques en général.
  • De 80 à 85 % des déchets électroniques sont mal jetés et aboutissent dans des sites d’enfouissement ou des incinérateurs, où ils polluent dangereusement l’air.

Pour plus de renseignements sur Une pointe contre un appareil ou pour vous inscrire au programme de recyclage des entreprises et des écoles, veuillez visiter www.pizzapizza.ca/fr/moisdelaterre/

 

À propos du Children’s Miracle Network

Le Children’s Miracle Network® recueille des fonds à l’intention de 170 hôpitaux pour enfants, dont 14 au Canada. Les dons restent dans la localité et servent à financer des traitements essentiels et des services de soins, des équipements médicaux et de la recherche pédiatrique. Ses divers programmes et partenaires de collecte de fonds soutiennent sa mission philanthropique visant à sauver et à améliorer la vie du plus grand nombre d’enfants possible. Découvrez pourquoi les hôpitaux pour enfants ont besoin de soutien de la communauté, identifiez votre hôpital de membre et apprenez à investir votre argent dans les miracles à http://www.childrensmiraclenetwork.ca et à http://www.facebook.com/CMNHospitals

 

À propos de Pizza Pizza Limited

Avec plus de 730 établissements répartis à travers le Canada, Pizza Pizza Limited est le pionnier canadien de la pizza et un chef de file de la restauration rapide. La société possède et exploite deux bannières, Pizza Pizza et Pizza 73, qui offrent des choix alimentaires de qualité, des menus variés et des promotions intéressantes pour tous les goûts, des modes de vie et les budgets. Depuis 1967, Pizza Pizza a été guidée par une vision de fournir « la meilleure nourriture faite spécialement pour vous » avec un accent sur la qualité des ingrédients, le service à la clientèle, l’innovation continue et la participation communautaire. Visitez www.pizzapizza.ca et www.pizza73.com pour plus de renseignements.

Autres nouvelles

Ce bulletin est destiné aux franchiseurs, aux dirigeants et gestionnaires de réseaux de franchises et aux consultants en franchisage.       Auteur Jean H. Gagnon, Ad. E.  Montréal +1 514 397 …

  LE PLUS GRAND SPORTS EXPERTS OUVRE AU QUARTIER DIX30 Le nouveau Sports Experts-Atmosphère Quartier DIX30 renouvelle l’expérience de magasinage. Unique au Canada, ce concept d’avant-garde mise sur la …

Femmes en toute Franchise a tenu le 21 novembre dernier sa troisième activité au Énergie Cardio pour elle situé à Longueuil sur la thématique du …

Conseiller ou coacher ses franchisés ? La solution la plus performante. Partie 1 de 2

Le rôle des directeurs de territoires a beaucoup évolué au cours des dernières années. De contrôleurs, ils sont devenus, au fil du temps, des conseillers dans la plupart des réseaux. Tel que décrit dans mon article précédent, l’évolution du rôle est en corrélation avec l’évolution des relations entre franchiseur et franchisés. La réflexion à se poser est la suivante : est-ce que la solution la plus performante pour aider les franchisés est de les conseiller ou de les coacher?

 

Les chiffres parlent d’eux-mêmes

  • Selon l'auteur du livre Coaching for performance, une étude révèle que, 3 mois après s’être fait dicter quoi faire, l’on retient 10 % des conseils que l’on a reçus, mais 65 % de ce que l’on nous a montré et laissé expérimenter, ce que le coaching permet.[1]
  • Les acteurs des entreprises qui mettent le coaching au cœur de leurs stratégies d’accompagnement passent la majorité de leur temps en mode apprentissage, ce qui augmente la performance des franchisés.

Mis à part ces deux énoncés, l’évolution de l’industrie de la franchise rend nécessaire la prise du virage, pour les conseillers, vers le coaching. Premièrement, les franchisés de plusieurs réseaux de franchises sont rendus expérimentés, matures et ont développé de belles compétences comme entrepreneurs. Il devient alors difficile de leur allouer des directeurs de territoire qu’ils trouvent crédibles et assez expérimentés pour eux. L’approche de coaching, tel que vous le verrez dans l’article, apporte une solution à ce type de problème. Deuxièmement, plusieurs réseaux privilégient de plus en plus le multi franchisage[2], ce qui rend plus complexe le rôle des directeurs qui en ont déjà beaucoup sur les épaules. Le coaching permet d’enlever une charge aux directeurs et de diriger leur énergie vers des actions plus stratégiques. Enfin, les franchisées de la génération Y répondent vraiment mieux à une approche de coaching qu’à une approche directive et selon les statistiques, ils sont de plus en plus nombreux au sein des réseaux : 20 % des exécutifs du franchiseur et 10 % des franchises et ces chiffres croissent de façon exponentielle. [3]

 

Différences entre conseiller et coacher

Les deux ont l’objectif louable d’offrir un support aux franchisés. Les différences peuvent sembler subtiles, mais elles sont bien présentes au niveau de ce que l’on dit ou ne dit pas aux franchisés, et de ce que l’on fait ou ne fait pas. Voici quelques exemples concrets :

  • Un conseiller est un bon communicateur, un bon coach, écoute!
  • Un conseiller excelle dans l’art d’influencer, un bon coach fait prendre conscience.
  • Un conseiller se doit d’être connaissant dans toutes les sphères de l’entreprise, il a donc une énorme pression sur les épaules. Un coach pose les bonnes questions pour faire émerger les réponses de la bouche même du franchisé.
  • Un conseiller peut se tromper en orientant le franchisé vers les mauvaises solutions, un bon coach, responsabilise le franchisé qui décide de ses propres actions.
  • Un bon conseiller est confiant, un bon coach rend les franchisés confiants en eux.

 

De conseiller à coach

Un changement fondamental est nécessaire pour coacher les franchisés plutôt que de les conseiller. Par habitude, la plupart des directeurs de territoire et des conseillers ont plutôt tendance à donner leur opinion, à donner des solutions, bref, à prendre le lead de chaque problématique. Il s’agit de réflexes normaux compte tenu de la nature de leur travail. C’est aussi parfaitement cohérent avec le mode relationnel de franchise où le franchiseur se sent l’obligation de donner un maximum de services aux franchisés. Toutefois, donner les solutions « toutes cuites dans l’bec » a uniquement pour avantage d’aider à court terme le franchisé. À long terme, ce dernier risque de devenir dépendant des conseils du directeur de territoire et ne développera pas ses propres habiletés en leadership. Tel que décrit dans notre article précédent sur les relations entre franchiseurs et franchisés, le coaching permet réellement de faire croître un réseau en rendant chacun des franchisés autonome et responsable du développement de sa propre franchise. Le coach a une relation d’égal à égal avec le franchisé, il n’est ni supérieur, ni plus expérimenté. Il est celui qui aide à voir clair par des questions stratégiques et en mettant de côté son égo. Le coach fait émerger les compétences des franchisés en encadrant la relation par une méthode et des outils performants.

 

Méthode de coaching

Il existe de multiples méthodes de coaching. L’important est de trouver celle avec laquelle vous serez confortable. Une méthode très simple à comprendre est la méthode GROW[4] qui consiste en une démarche en quatre étapes durant laquelle le coach posera des questions stratégiques au franchisé :

  • G pour Goal (objectif): cette première étape a pour but d’aligner l’ensemble de l’échange vers le bon objectif. Cette étape peut prendre 10-15 minutes, comme elle peut prendre plusieurs rencontres en fonction de la problématique. C’est une étape durant laquelle les conseillers ont tendance, en cours d’apprentissage du coaching, à faire les coins ronds.
  • R pour Reality (réalité): cette étape est celle où l’on explore l’ensemble des faits, des ressources, de ce qui a été essayé, bref, la situation.
  • O pour Obstacles et Options: les questions, à cette étape, doivent servir à faire émerger plusieurs solutions qui pourront, par la suite, être analysées afin de trouver la meilleure.
  • W pour Will/Wrap up (plan d’actions) : l’étape où l’on choisit le plan de match, la solution qui sera mise en œuvre.

Attention, bien qu’il soit facile de comprendre les 4 étapes ci-haut mentionnées, la difficulté réside dans l’exécution de ces dernières. Coacher est une philosophie d’intervention, une approche collaborative et non une méthode rigide. La plus grande difficulté réside dans le fait de poser les bonnes questions. Il est aussi facile de tomber dans de nombreux pièges lorsque l’on tente de coacher. Lorsque je forme des conseillers à devenir des coachs, ils tombent naturellement dans différents pièges à cause de leurs habitudes bien ancrées de conseillers, dues aux difficultés de mettre en pratique la philosophie du coaching. Ce que les conseillers constatent lorsqu’ils deviennent habiles en coaching est à quel point le coaching permet de développer les franchisés, les rend plus autonomes et leur fait prendre conscience de leur plein potentiel.

Je vous invite à consulter, en avril, la partie 2 de mon article qui présentera les principales erreurs que j’observe lorsque j’aide les conseillers de réseaux de franchises à devenir de meilleurs coachs. Je traiterai des défis que rencontrent la plupart des réseaux lors de l’implantation de ce changement de façon à aider les franchisés, ainsi que comment maîtriser la subtilité du coaching.

 

Sylvie Grégoire, MBA, CRHA

Présidente, Totem Performance organisationnelle

[1] WHITMORE, John, Coaching for performance, 4e édition.

[2] NATHAN, Greg, 7 Trends changing the face of franchising, February 18, 2015

[3] http://franchiseblast.com/how-forward-thinking-franchises-coach-their-franchisees/

[4] WHITMORE, John, Coaching for performance, 4e édition.

Autres nouvelles

Ce bulletin est destiné aux franchiseurs, aux dirigeants et gestionnaires de réseaux de franchises et aux consultants en franchisage.       Auteur Jean H. Gagnon, Ad. E.  Montréal +1 514 397 …

  LE PLUS GRAND SPORTS EXPERTS OUVRE AU QUARTIER DIX30 Le nouveau Sports Experts-Atmosphère Quartier DIX30 renouvelle l’expérience de magasinage. Unique au Canada, ce concept d’avant-garde mise sur la …

Femmes en toute Franchise a tenu le 21 novembre dernier sa troisième activité au Énergie Cardio pour elle situé à Longueuil sur la thématique du …