Un groupe LinkedIn, ça peut vous apporter et rapporter beaucoup !

Un groupe LinkedIn, ça peut vous apporter et rapporter beaucoup !

De plus en plus de professionnel(le)s et de gens d’affaires ont franchi l’étape de créer un profil sur LinkedIn. Bravo! Certains sont devenus également membres de certains groupes sur LinkedIn. Bravo encore ! Mais combien d’entre nous en tirons vraiment profit de LinkedIn, notamment des Groupes?

Cette année, j’ai moi-même joint en toute discrétion le groupe LinkedIn du Conseil Québécois de la Franchise. Ce groupe a beaucoup de potentiel, car il réunit vraiment à la fois les franchiseurs, les franchisés ainsi que les fournisseurs sous le grand chapeau de l’entrepreneurship et la franchise. Sujets forts pertinents et intéressants.

J’ai pensé rédiger cet article dans le but de donner quelques conseils à ceux qui voudraient savoir comment faire pour réellement bénéficier d’un groupe et apporter leur grain de sel au groupe du CQF.

Pour en discuter et avoir le point de vue d’un expert en la matière, j’ai consulté Mathieu Laferrière, conseiller aux entreprises, formateur agréé et spécialiste LinkedIn. Suite à nos échanges, voici les principaux avantages de participer à un groupe sur LinkedIn.

Faire du co-développement, faire des apprentissages.

Un groupe LinkedIn peut offrir différentes possibilités aux membres. Un des volets que  Mathieu mentionne très spontanément est le «co-développement», un terme un peu moins connu. Le co-développement est en fait une forme d’apprentissage par ces pairs. Le fait de pouvoir interagir sur une base régulière avec d’autres personnes qui comprennent notre réalité peut être un moyen d’améliorer sa ou ses pratiques d’affaires.

Le co-développement peut aussi constituer une forme d’entraide. Ainsi, lorsqu’on a l’habitude d’échanger dans un contexte de groupe, la confiance se développe et il devient possible d’aller chercher des conseils à haute valeur ajoutée qui proviennent de gens ayant un vécu important ou une expertise. 

«Quand on fait affaire avec du connu, on peut se référer à des études ou d’autres types d’information qui concernent la question qui nous occupe. Quand il s’agit de nouveautés, et que l’on a envie du point de vue d’autres, le groupe peut-être un endroit idéal pour aller chercher ce feedback. On peut aller chercher rapidement le pour et le contre, ou une diversité de points de vue sur la question qui nous intéresse.»

Faire des liens d’affaires et obtenir des références.

Cela n’est pas un secret pour personne, LinkedIn est un réseau d’affaires et on voudrait bien pouvoir en bénéficier sur le plan de nos affaires. Les groupes peuvent donc être un endroit où on veut faire connaître nos fournisseurs à nos pairs et inversement, un endroit où on peut obtenir d’excellentes références pour nos besoins d’entreprise. Parfois, nous avons besoin d’expertises et le fait que tel ou tel fournisseurs connaissent notre secteur d’activité facilite bien des étapes.

Démontrer son expertise et accélérer sa qualification.

Participer dans un groupe est un excellent moyen de faire valoir son expertise, son point de vue professionnel sans tomber dans l’auto-promotion. Les membres du groupe vont être à même de constater la pertinence des commentaires et des conseils donnés, la rapidité à répondre, l’engagement face au groupe. Selon Mathieu, c’est une façon de mettre l’accent sur différentes qualités que l’on possède et éventuellement, cela peut avoir comme effet «d’accélérer la qualification». À quelque part, on veut tous obtenir cet aval, on veut recevoir cette approbation comme individu et comme entreprise. Les groupes peuvent nous permettent d’atteindre ce niveau de crédibilité.

Transférer une partie de la synergie d’affaires hors-ligne sur la plateforme sociale

La communauté de la franchise existe à l’extérieur du groupe LinkedIn. Le CQF organise différentes activités au cours de l’année qui donnent l’occasion aux membres de sympathiser, d’échanger ensemble. Cette synergie qui existe dans le monde réel (en personne) lors d’événéments et activités peut se transférer en partie dans le virtuel. Le Groupe peut alors devenir un endroit où effectivement on peut poursuivre cette dynamique et accélérer à un certain niveau la confiance et le niveau d’appartenance à la communauté que le CQF a créé au fil des ans.

Renforcer les relations d’affaires et rester ‘visible’.

Si j’ai développé une relation d’affaires avec Mathieu, c’est en grande partie grâce à LinkedIn, car comme il le souligne lui-même, la participation sur LinkedIn, notamment par le biais des groupes permet de garder contact. <Le contact en continu ne veut pas nécessairement dire être soi-même en interaction, mais ça peut aussi vouloir dire observer l’interaction des autres et en apprendre sur eux par ce moyen. » 

Cette interaction nous permet d’en apprendre sur les autres, sur l’autre. On peut ainsi avoir des informations qui nous permettent de déterminer si on a envie de poursuivre cette relation avec autrui et de la transférer dans le monde ‘non-virtuel’. Ce n’est pas juste l’expertise, c’est aussi garder les gens en tête. Ainsi, être actif sur LinkedIn, via les groupes spécialisés est une façon de rester à l’esprit des gens.

Comment animer sa présence sur un groupe LinkedIn 

Une des manières d’être très pertinent dans un groupe selon Mathieu est de filtrer l’information avant de la présenter au groupe. «Je sais que comme moi, les gens ont peu de temps. C’est pourquoi quand je publie sur un groupe, je vais extraire l’essentiel. Je vais dire pourquoi cet article ou cette information est pertinente. Je vais m’assurer de mettre en valeur l’élément qui va créer l’intérêt pour le contenu que je propose. Ça peut être des statistiques, un graphique, un contenu. Mais il faut pointer les gens vers ça pour éviter de polluer l’espace avec du contenu non-pertinent. »

Un autre très bon conseil de Mathieu porte sur la discussion comme telle. ‘si je vais proposer un élément de discussion, je vais suggérer un contenu qui va durer et je vais animer et participer à la discussion’. Bref, il faut s’approprier sa discussion. Le fait de placer un lien à un article ne constitue pas une tactique forcément efficace. On peut ajouter un commentaire. Posez des questions. C’est là que l’on ira chercher de la visibilité et de la crédibilité. Au fond, quand on lance une discussion, on veut que ça dure !

Il ne faut pas non plus oublier le fait que LinkedIn récompense aussi ceux qui contribuent aux groupes. Plus on participe, plus on court la chance d’être identifié comme une des personnes influentes du groupe. Encore une fois, cela donne de la visibilité et on reste à l’esprit des gens qui peuvent nous percevoir comme des gens à valeur ajoutée.

Pourquoi choisit-on cet article là versus tous les autres qui sont disponibles ? Pourquoi est-il intéressant ? Ce sont ces aspects qu'il faut mettre en intro. C'est la seule façon qu'on peut sortir de la problématique de l'infobésité, (surabondance d’info). Comme le mentionne Mathieu, ‘c’est de dire d’emblée pourquoi cette information est pertinente. Il faut dire aux gens quoi faire, regarder telle graphique, tel paragraphe. C'est un gros gain pour tout le monde. C'est là que les gens se plante’.

Conclusion

Si vous êtes membres du CQF, pourquoi ne pas vous joindre au groupe et y apporter votre contribution. Je sais que pour ma part, LinkedIn a été jusqu’à maintenant mon réseau social le plus important. Il sert de complément à mon blogue et je peux affirmer que j’y ai fait d’excellentes affaires, notamment en étant présente sur le réseau via les groupes et à titre individuel aussi.

Je vous encourage à aller voir les statistiques du groupe LinkedIn du CQF, vous y constaterez la qualité des personnes qui s’y sont abonnés. J’espère que mon article incitera les membres à investir un peu plus de temps et d’énergie à faire de cet espace un lieu d’échange et de partage sur la franchise au Québec, voir même au monde !

Si vous avez besoin de plus amples renseignements sur LinkedIn, vous pouvez communiquer avec moi ou encore avec Mathieu Laferrière dont je joins quelques articles de son cru qui parle de LinkedIn pour les affaires.

Comment être lu et obtenir plus d'interactions sur LinkedIn

En savoir plus sur LinkedIn

LinkedIn en mode pratique avec Jean-Pierre Dubé (par Micheline Bourque)

 

Photo du profil de Micheline Bourque

Micheline Bourque

À propos de Micheline Bourque

Micheline Bourque est membre du Comité des communications du CQF depuis 2012. Elle a contribué au cours des dernières années à l'animation des médias sociaux du CQF et à la production de contenu permettant de faire connaître les membres et les événements du CQF. Consultante en marketing depuis de nombreuses années, sa passion du livre d'affaires l'a mené à créer le Club de lecture Affaires dont le but est de promouvoir le livre d'affaires comme outil d'apprentissage et de créer des activités permettant d'apprendre ensemble par le livre. Grâce à son dynamisme, vous pourrez participer au premier Sommet du livre Affaires de la francophonie qui se tiendra en juin sur le web.

Autres nouvelles

M. Yvon Beaulieu, membre du temple de la renommée du CQF sera honoré à l'assemblée nationale     Le Conseil québécois de la franchise est heureux de vous …

Franchise : les aspects à connaître avant de faire le saut Très souple, le concept de la franchise s’adapte à différents secteurs et permet de brasser …

Chaque jour, nous prenons des millions de décisions sans nous en rendre compte. Que ce soit de mettre un pied devant l’autre pour nous rendre …